Comprendre les OPCVM pour bien investir

0

Vous souhaitez vous lancer dans l’investissement de capitaux et y faire de bonnes affaires. Seulement, les connaissances vous font défaut. Pourtant, il existe de nombreuses options permettant de rentabiliser son investissement facilement. Parmi elles se trouvent les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, (OPCVM). Vous avez envie d’en savoir plus ? Lisez cet article !

Qu’est-ce que les OPCVM ?

De façon générale, l’acronyme OPCVM désigne un type spécifique de placement collectif de capitaux à travers lequel des investisseurs s’associent afin de bénéficier d’un large éventail d’actions.

C’est une catégorie de produits financiers regroupant les SICAV et les FCP, dont la gestion est confiée à des professionnels, c’est-à-dire des sociétés de gestion. Avec professionnalisme, ces derniers auront la charge d’analyser les fluctuations du marché, en optimisant vos gains en cas de hausse, et en limitant les pertes en cas de baisse.

Ainsi, plutôt que d’opter pour un placement dans une société unique, l’OPCVM vous permet de gérer au mieux votre portefeuille, en termes de secteurs, de produits, d’indices boursiers ou encore de positions géographiques.

Les différents Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières

Suivant leur profil, le support d’investissement sur lequel ils portent et le secteur sur lequel ils se basent, on distingue plusieurs types de fonds de placement collectif en valeurs mobilières. Il s’agit essentiellement :

  • Des Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV)

  • Le Fond Commun de Placement (FCP)

  • Les Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE)

  • Les Fonds Communs de Placement à Risques (FCPR)

  • Des Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI)

  • Des Fonds Communs d’Investissement sur les Marchés à Terme (FCIMT).

Comment souscrire à un OPCVM ?

Pour acquérir une part auprès d’un OPCVM, vous devrez d’abord donner un ordre à votre intermédiaire. Ce dernier le transmettra à la société de gestion du fonds qui se chargera de l’exécuter. À l’issue de cette étape, l’OPCVM établira un prix soit quotidien, soit hebdomadaire, voire toutes les deux semaines. Retenez que la souscription de parts ou d’actions s’effectue exclusivement avec un ordre de type au marché. Ce dernier a la particularité d’être irrévocable.

À quel prix acheter ou vendre ?

Il revient à la société de gestion de portefeuille de l’OPCVM d’établir un prix. Ce tarif peut être à la part, s’il s’agit d’un FCP ou à l’action s’il est question d’une SICAV. Encore appelé valeur liquidative, ce prix ne peut être connu à l’avance par les investisseurs. Pour déterminer la valeur liquidatrice, il vous suffira de prendre le montant total du portefeuille, majoré de la valeur du marché et diminué des dettes, que vous diviserez par le nombre d’actions ou de parts émises.

À partir de là, vous pourrez déterminer facilement le prix d’achat ou de souscription, en prenant la valeur liquidative de l’OPCVM à laquelle vous appliquerez une majoration des frais ou des droits d’entrée. Quant au prix de vente ou de rachat, il s’obtient toujours en considérant la valeur liquidatrice à laquelle vous soustrairez les frais ou droits de sortie.

Quelques risques à prendre en compte

Bien que les organismes de placements collectifs en valeurs mobilières soient gérés par des professionnels, il y a des risques. En effet, il faut être conscient du risque de marché, du risque de change et du risque de crédit.

>>Astuce→Limitez les risques en profitant d’offres de placements exclusives avec BoursoramaFortuneoHello Bank!ING Direct ou BforBank.

Le premier, le risque de marché, concerne les fluctuations de cours que peut connaître le marché boursier. Ce dernier peut avoir une incidence positive ou négative sur la valeur liquidative du fonds. L’OPCVM ne bénéficiant d’aucune garantie ni protection, il se peut donc que le capital initialement placé par les investisseurs ne soit pas restitué.

Pour ce qui est du risque de change, certains fonds étant parfois investis dans des titres de devises différentes de l’euro, leurs valeurs peuvent baisser en cas de variation du taux de change.

Enfin, le risque de crédit se rapporte à l’éventualité que l’émetteur ne puisse assumer son engagement en cas de défaillance, et que l’investisseur ne puisse pas revendre ses parts.

En somme, avec tout ce qu’il comporte comme éléments de gestion de fonds considérables, l’environnement des OPCVM constitue pour les investisseurs un champ d’action vaste et fécond. Sachez donc en profiter pour faire proliférer vos affaires. Toutefois, n’oubliez jamais que chaque placement comporte autant de risques que d’avantages. Sachez donc raison garder avant de vous lancer dans l’aventure.

Vous investissez dans un OPCVM ? Partagez votre expérience en commentaire !

Pour ne louper aucun bon plan ou article, suivez-nous sur FacebookInstagram et Twitter !

Poster un commentaire